Image alt

Concernant les associations locales...

Elles ne sont pas identifiées par les citoyens

Aujourd’hui, les citoyens souhaitent avoir le choix et sont en quête de liberté. Leurs modes de vie ont évolué et sont moins stables : les citoyens recherchent de l’instantanéité et de la flexibilité: c’est aussi valable lorsqu’ils veulent agir. Cependant, il n’existe pas de solution qui permette à un citoyen de choisir facilement la contribution qui lui convient dans la forme (adhésion, participation, bénévolat, don) et le niveau de son engagement (régulier ou ponctuel).

Elles doivent repenser leurs modèles économiques

La baisse des subventions de fonctionnement et le boom des subventions d’actions (appel à projet) font évoluer la stabilité des modèles économiques. Il est nécessaire de se tourner vers le financement privé pour assurer la pérennité de l’activité de l’association. Le mécénat peut être intéressant pour les associations ouvrant droit à la défiscalisation mais cela demande beaucoup de temps pour établir une stratégie, identifier les bonnes entreprises, les convaincre et mettre en place le mécénat. Les campagnes de dons et de crowdfunding sont une solution inefficace car l’effort et les compétences nécessaires pour les mener sont sous-estimés.

Elles doivent faire appel à de nouvelles compétences pour pérenniser leur activité

La professionnalisation du secteur associatif a créé des besoins en gestion (organisation, comptabilité, RH), en montage de projets de financement et en mesure d’impact social et environnemental. Les outils numériques sont devenus indispensables pour trouver des financements, gérer son activité et mobiliser sa communauté mais ils sont difficiles à maîtriser. Ces compétences sont soit chères, soit difficiles à mobiliser.

Toutes ces évolutions à prendre en compte et à appliquer au sein des associations leurs demandent beaucoup de temps et d’énergie, au détriment de leurs actions sur le terrain.

Our awesome features